Tax Shift: un basculement fiscal en faveur des travailleurs et des PME

Posté le 12 octobre 2015 à 14 h 50 min par odestre Commentaires fermés sur Tax Shift: un basculement fiscal en faveur des travailleurs et des PME

Il y a quelques jours, le Gouvernement fédéral dirigé par Charles Michel a bouclé le tax shift. Le MR l’avait promis, le Gouvernement le concrétise.

Deux axes se trouvent au coeur du projet: l’augmentation du pouvoir d’achat et la compétitivité de nos entreprises.

Tout d’abord et contrairement à ce que l’opposition véhicule, tous les belges seront bien concernés par la revalorisation de leurs salaires. Cette augmentation, comprise dans une fourchette de 70€ à 140€, tient évidemment compte de la justice sociale puisque plus le revenu net sera bas et plus l’augmentation sera importante.

Ni le Gouvernement, ni la majorité fédérale n’attendront l’approche des élections pour concrétiser cette promesse puisque dès le 1er janvier 2016, une série de mesures entreront en vigueur. Ceux qui peuvent espérer 140€ en 2019 se verront ainsi déjà augmentés de 80€ dans trois mois.

Evidemment, le Gouvernement ne peut adopter toutes les mesures en une fois. C’est pourquoi au delà du package du 1er janvier 2016, d’autres mesures suivront en 2017, 2018 et 2019.

Naturellement, il ne s’agit pas de raser gratis car nous ne voulons pas hypothéquer l’avenir de nos enfants. Des mesures devant permettre la neutralité budgétaire de l’opération devront être prises. Elles sont d’ailleurs établies: renforcement de la lutte contre la fraude fiscale, réorganisation des administrations fédérales, taxes environnementales et de santé (soda, accises, diesel.), taxation de la spéculation.

Le deuxième axe de ce virage fiscal porte sur la stimulation de la compétitivité des entreprises. Dans ce cadre, une réduction des charges patronales de 33% à 25% a été décidée. En diminuant les charges patronales dès 2016, les cotisations patronales baisseront et davantage encore pour les bas salaires.

Autrement dit: les patrons pourront engager plus facilement !

Dans cette même perspective, tout premier engagement qui intervient entre le 01/01/2016 et le 31/12/2020 sera exonéré à vie de cotisations patronales. Par ailleurs, les réductions des cotisations patronales  seront renforcées et étendues jusqu’au sixième emploi.

La volonté du Gouvernement est donc de créer un véritable choc de compétitivité qui permettra de développer les activités des entreprises et donc de créer de l’emploi.

Toutes les mesures qui vont dans le sens des entreprises, sont des mesures qui vont dans le sens des travailleurs. Le Gouvernement de Charles Michel l’a bien compris: ce n’est qu’en affutant nos armes économiques que nous parviendrons à renforcer notre bouclier social. L’un ne va pas sans l’autre !

Ce tax shift prend bien la mesure des difficultés du monde entrepreneurial, tout en rencontrant les demandes légitimes des travailleurs qui s’estiment trop lourdement taxés.

Cela fait plus d’une décennie que la gauche parle de la défense du pouvoir d’achat des travailleurs, il n’aura fallu qu’un an pour que le Gouvernement de droite la concrétise !

Les commentaires sont clos.