Réunion avec les syndicats du SPF Finances.

Posté le 24 mai 2012 à 10 h 26 min par Erica Commentaires fermés sur Réunion avec les syndicats du SPF Finances.

Cette semaine, la Commission des Finances de la Chambre a procédé à différents échanges de vues sur la situation du SPF Finances avec le Ministre des Finances, mais également avec M. Hans D’Hondt, Président du Comité de direction du SPF Finances, ainsi qu’avec les représentants des organisations syndicales.

Plusieurs éléments ont marqué le député, Olivier DESTREBECQ :

« Je suis surpris de constater que la pratique mise en place par Didier Reynders lorsqu’il était aux finances, à savoir la rencontre avec les syndicats de son administration, afin d’assurer la processus de concertation sociale, n’a pas été renouvelée par son successeur.

Depuis sa prise de fonction, l’actuel Ministre des Finances n’a pas encore jugé utile d’organiser un processus de concertation généralisé avec les partenaires sociaux de son administration. En raison de ses demandes appuyées, seul un syndicat a été reçu par le Chef de cabinet du ministre qui n’avait même pas pris connaissance des dossiers et n’a donc pas été à même de répondre aux questions posées.

Je l’ai souligné à de nombreuses reprises, la concertation sociale doit demeurer au cœur de notre modèle politique. Je regrette donc  l’attitude du Ministre des finances qui semble bafouer les traditions bon pays ».

Si la gestion du département par le Ministre a surpris Olivier DESTREBECQ, l’exposé de la réforme Coperfin l’a proprement médusé :

« Si je peux comprendre que la situation économique oblige le SPF finances à rationaliser son fonctionnement et à réaliser des économies, j’éprouve plus de difficultés à déceler les raisons objectives qui ont permis de décider quels bureaux du SPF Finances seraient maintenus et quels autres seraient supprimés. A titre d’information, rien qu’en Hainaut, 18 implantations vont disparaître.

En outre, le Ministre nous annonce la mise en place de « front offices » sur l’ensemble du territoire. Mais lorsque, ce matin, je les ai interrogé sur le rôle exact de ces derniers, Les partenaires sociaux n’ont pas été en mesure de me répondre. Il en a été de même pour le Ministre et son Chef de cabinet, en commission, lundi après-midi.

En bref, nous savons que des « front offices » seront implantés, nous savons où ils se trouveront, ce que nous ne savons pas, c’est à quoi ils serviront. Y’aura t-il des fonctionnaires présents en leur sein pour répondre aux questions et aux demandes de la population ou ne seront ce que des « super » boites aux lettres ?

Dans ce contexte, et comme l’a d’ailleurs déjà souligné mon collègue David Clarinval, je peux comprendre les craintes du monde rural, et ce d’autant plus que la fiscalité est une matière complexe ou l’aide et l’assistance d’un professionnel s’avère le plus souvent nécessaire.

Le silence observé par le Ministre et par l’ensemble du SPF Finances sur la question des « front offices » me fait craindre le pire. Ce sont des questions fondamentales car elles touchent au quotidien de la population ; j’attends donc des réponses.

Aussi, je n’hésiterai pas à réinterpeller le Ministre sur cette problématique afin de pouvoir revenir vers la population avec des réponses qui, je l’espère, seront pragmatiques et rassurantes »

 

Communiqué du Député Fédéral Olivier DESTREBECQ, le 24 mai 2012.


Les commentaires sont clos.