Question orale sur « l’état de la RN533 en hainaut »

Posté le 1 octobre 2015 à 13 h 36 min par odestre Commentaires fermés sur Question orale sur « l’état de la RN533 en hainaut »

M. Destrebecq (MR). – Monsieur le Ministre, je me permets de vous interpeller cet après-midi sur l’état de la RN533 en Hainaut qui est particulièrement déplorable. Le revêtement est vétuste et les nids de poule sont nombreux. Depuis plusieurs années maintenant les riverains se plaignent de cette situation sans que malheureusement rien ne soit fait.

Sous la législature passée, votre prédécesseur avait demandé l’établissement d’un rapport, mais n’avait pu débloquer les crédits nécessaires aux travaux. Celui-ci affirmait ainsi que « la réfection profonde est inscrite au programme de réserve. Cela veut dire que le programme de réserve est le premier programme de l’année qui suit, ce sera sans doute pour 2015 ».

Nous nous dirigeons progressivement vers la fin de l’année 2015 et force est de constater que malheureusement rien n’a bougé.

Le crédit budgétaire évoqué par votre prédécesseur a-t-il bien été débloqué pour cette législature ? Si oui, les procédures administratives sont-elles en cours ? Sinon, pourquoi ? Quand les travaux débuteront-ils ? Combien de temps le chantier durera-t-il ?

Quasiment parfaite en Brabant Wallon et déplorable en Hainaut, la transition de la RN533 est véritablement brutale et renvoie à une image déplorable de ma province, qu’il faut rapidement changer. J’en suis convaincu. Je suis évidemment heureux pour les citoyens résidant sur le Brabant wallon. Je sens certains de mes collègues ravis. Néanmoins, je pense aux Hennuyers qui aimeraient voir les choses évoluer.

M.Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. – Monsieur le Député, vous me citez le cas de la Nationale 533 dans le Hainaut.

Sans contester la nécessité d’intervention sur cette voirie, il est utile de rappeler – comme je viens de le faire – que celle-ci s’inscrit dans les 7 500 kilomètres de routes régionales et 875 kilomètres d’autoroutes présentes en Wallonie et qui toutes nécessitent une attention particulière, parce que chacun est attentif à améliorer l’image de sa province.

Avec mon administration, j’ai mis en place un nouveau processus de gestion des projets routiers, appelé GPS, qui permettra de prioriser et planifier de façon objective, sur base d’une analyse multicritères et en tenant compte des choix stratégiques d’investissement, les futurs investissements routiers réalisés par la Wallonie.

Cet outil GPS devrait être mis en œuvre pour la programmation des travaux dès 2016 tant au travers des budgets classiques de la SOFICO et de la DGO1 que du futur plan Infrastructures que je suis en train de boucler pour le mois de décembre.

Au stade actuel, mon administration finalise donc son travail et devrait me remettre les propositions qui en seront issues pour la mi-octobre. C’est dès lors un petit peu tôt pour pouvoir vous dire si la nationale 533 en Hainaut pourra être retenue dans l’arbitrage qui suivra, mais je prends bonne note de votre intérêt.

M. Destrebecq (MR). – Monsieur le Ministre, merci d’avoir pris bonne note de mon intérêt. Un élément intéressant: pour des soucis d’efficacité les compteurs ont été remis à zéro. Vous avez remis en place une nouvelle procédure, un nouveau processus et j’espère que les nouvelles qui nous parviendront et qui parviendront aux citoyens calmeront un peu les ardeurs des uns et des autres et permettront de voir cette RN voir de plus beaux jours qu’ils ne sont aujourd’hui.

Les commentaires sont clos.