Pourquoi la Suédoise ?

Posté le 28 octobre 2014 à 15 h 11 min par odestre 1 Commentaire

L’opposition critique la mise en place de la Suédoise, pourquoi ? S’agit-il d’une trahison des francophones ? Est-ce un désir illimité d’exercer le pouvoir pour le pouvoir ? Le MR fait il un pas vers le séparatisme en mettant en place un majorité qui comprend la N-VA ? Le MR a t-il renié sa parole de ne pas travailler avec la N-VA ? Le Gouvernement Michel Ier est-il anti social ?

Telle est la série de questions que l’opposition suscite, que les citoyens se posent et à laquelle il convient donc de répondre.

Tout d’abord, un petit rappel : durant la campagne, le PS avait claironné dans la presse, sur les ondes des radios et sur les plateaux de télévisions qu’étant donné l’importance du poids donné aux Entités fédérées, il conviendrait de mettre en place une parfaite collaboration entre les Régions, les Communautés et le niveau fédéral. En conséquence de quoi, à les entendre, il ne fallait pas se précipiter pour former les gouvernements régionaux et communautaires, afin que les exécutifs soient similaires à tous les niveaux.

Oui mais voilà,  au soir du 25 mai, le MR ressortait gagnant du scrutin et le PS affaibli.

Conséquence : la gauche s’est vite rassemblée pour trahir l’électeur, manger sa parole et former des Gouvernements dans les entités fédérées. Exit l’importance d’une bonne collaboration entre niveaux de pouvoir.

Le PS ayant perdu, écolo s’étant effondré, qui restait il ? Le MR et le CDH.

Tous deux ont été appelés aux négociations mais force est de constater que le CDH a fui ses responsabilités et n’a même pas pris le temps de considérer sérieusement la participation au Gouvernement…pas facile de se déscotcher du PS.

Nous étions donc gagnants mais seuls côté francophone. Au nord, la victoire de la N-VA ne faisait aucun doute.

Fallait-il, comme ce fut le cas en Wallonie, nier le résultat démocratique ? Fallait il plonger à nouveau le pays dans une crise politique sans fin ? Pour nous, la réponse était non. Il résultait donc de cet engagement démocratique et responsable que nous n’avions pas le choix des partenaires : ils se sont imposés d’eux-mêmes au Nord et exclus d’eux-mêmes au sud.

Cependant, nous ne voulions ni trahir les citoyens, ni porter atteinte à la structure et à l’identité de notre pays. En foi de quoi, nous avons refusé catégoriquement que l’accord de Gouvernement comporte un  volet communautaire ou institutionnel. Ce que nous voulions, c’est mettre en place un accord de Gouvernement économique et donc social.

Nous ne voulions pas discourir sur les composantes de l’Etat, mais sur les moyens à mettre en place pour créer de l’emploi, du pouvoir d’achat, pour assurer l’avenir des pensions et de la solidarité, pour améliorer la justice, pour donner des moyens à nos militaires, pour assurer la sécurité d’approvisionnement énergétique, pour faciliter la mobilité même les jours de grève.

A la vérité, si l’opposition est aussi farouche, si la gauche se met déjà à lever le poing dans un réflexe aussi habituel qu’archaïque, ce n’est pas parce qu’elle pense que nous représentons un danger pour les citoyens.

C’est parce qu’après 25 années de présence ininterrompue à tous les niveaux de pouvoir, elle voit s’élever un majorité fédérale qui, elle, prendra ses responsabilités ; qui, elle, osera mettre en place les changements qui s’imposent, qui, elle, aura de l’audace et de l’inventivité.

Si la gauche est aujourd’hui aussi véhémente c’est parce qu’elle sent que nous réussirons là où elle échoue depuis des décennies.

Enfin, nous prouverons que le social n’est pas l’apanage du socialisme. Cet accord de gouvernement forme un tout ; un tout au service des citoyens. Nous voulons que chacun puisse s’émanciper dans sa vie personnelle et professionnelle. C’est pourquoi nous entendons mettre en place une vraie politique pour l’emploi qui dégagera des moyens nouveaux pour la sécurité sociale et les services publics.

Ce Gouvernement est un Gouvernement de changements et de responsabilités dans l’intérêt des Citoyens !

1 Commentaire sur "Pourquoi la Suédoise ?"

  1. André Vander Poorten · le ·

    Je suis MR de longue date et approuve votre publication.
    Mais j’estime que Charles Michel dans l’interview donnée à RTL,avant formation de la coalition fédérale ;Non, nous ne formerons pas de coalition avec la NVA,….etc. …etc..(vous connaissez le contenu) c’est fait piéger comme une bleusaille, d’où son sobriquet  » de Pinocchio le menteur »
    Ceci prouve qu’il faut bien peser ses mots avant et pendant l’interview !!! J’ose également espérer que le MR dans la coalition fédérale actuelle (c.a.d. unique parti francophone)ce montrera « fort et décidé » face au surnombre néerlandophone ; La vigilance sera de mise!!!
    Néanmoins je souhaite de tout cœur bon vent pour les années à venir, et suis très heureux que les « socialos » ne peuvent participer au fédéral.
    Bonne chance au MR.
    André Vander Poorten de Soignies

Les commentaires sont clos pour cette article.