Parc Maximilien: Non à un Calais Bis

Posté le 24 octobre 2017 à 11 h 14 min par odestre Commentaires fermés sur Parc Maximilien: Non à un Calais Bis
Depuis plusieurs mois, un groupe de transmigrants en situation illégale s’est installé dans le Parc Maximilien. Leur objectif est de rejoindre le Royaume-Uni. Ils n’ont dès lors pas introduit de demande d’asile en Belgique et ne peuvent par conséquent être considérés comme demandeurs d’asile et bénéficier de l’accompagnement qui est lié à ce statut.
Fedasil et l’Office des étrangers ont informé ces personnes de leurs droits et obligations, notamment la possibilité d’introduire une demande d’asile ou à l’inverse de profiter d’une procédure de retour volontaire vers leurs pays d’origine. Les personnes ont donc clairement été informées quant à la possibilité d’introduire soit une demande d’asile en Belgique soit une demande de retour volontaire. Elles ont également été informées de toutes les conséquences liées à leur séjour illégal dans notre pays, en ce compris l’éventualité d’un retour forcé
Les actions entreprises par le gouvernement dans le cadre de ce dossier sont en conformité avec le droit national, européen et international. Le principe de non-refoulement s’applique : pas de retour si la personne craint pour sa vie.
Dans le cadre diplomatique, on doit dialoguer avec des gens dont on ne partage pas les mêmes valeurs. C’est notamment le cas avec Soudan et c’est précisément pour cela qu’il existe une collaboration technique et administrative avec cet Etat ; collaboration également mise en place par d’autres Etats Européens, tels quel a France, les Pays-Bas, l’Italie, etc. C’est dans ce cadre que des équipes soudanaises étaient à Bruxelles pour identifier les personnes en centres fermés.
Dans le contexte actuel, il est indispensable de savoir qui se trouve sur le territoire belge et d’en connaître l’identité. Il est clair, comme l’a rappelé le Premier Ministre, que le gouvernement n’autorisera pas un 2e Calais à Bruxelles ou ailleurs.
Ceci étant, les personnes en centres fermés peuvent encore et toujours déposer une demande d’asile. Les droits de ces personnes ne sont donc pas niés, tout comme la Belgique n’expulse pas de panière aveugle et violente.
Cependant, nous nous trouvons dans un Etat de Droits. La Loi doit donc s’appliquer de manière identique à tous !

Les commentaires sont clos.