Mons : La biennale 2018 sert à financer la campagne électorale de la majorité

Posté le 4 mars 2017 à 9 h 00 min par odestre Commentaires fermés sur Mons : La biennale 2018 sert à financer la campagne électorale de la majorité

Fin février, j’ai interpellé la Ministre de la Culture sur l’organisation et le financement de la biennale Mons 2018.

La réponse de la Ministre ne fait que confirmer mes craintes, à savoir que la biennale n’a d’autre objectif que de servir la campagne électorale de la majorité en place. La Ministre m’ayant confirmé que les évènements seront organisés du mois d’août au mois de novembre 2018, le timing laisse peu de place au doute quant à la finalité réelle de l’organisation.

Non seulement la majorité détourne la finalité d’une opération qui aurait pu être réellement profitable à la ville de Mons, mais en plus elle oriente les fonds publics à des fins électoralistes. Plus de 6 millions d’euros pour organiser des évènements populaires et festifs en pleine campagne électorale, c’est totalement inapproprié ! A mes yeux, on franchit la ligne rouge.

Le politique est confronté à des exigences de transparence et d’équité. C’est le défi que les citoyens nous ont lancé et que nous devons impérativement relever sous peine de voir triompher les idées extrémistes et populistes. Malheureusement, force est de constater qu’à Mons, ce message n’a pas été entendu par la gauche.

J’estime que les résultats de Mons 2015 ne sont pas à la hauteur des espérances et moins encore des dépenses engagées. Les résultats financiers de Mons 2015 sont d’ailleurs constitués de non dépenses et non pas de bénéfices issus de partenariats avec le privé.  Au vu des trop faibles retombées, la biennale 2018 ne s’impose pas et moins encore dans le timing proposé.

On soulignera d’ailleurs que la majorité du financement proviendra de l’enveloppe résiduelle de l’organisation de Mons 2015. Cette situation ne me semble pas normale dans la mesure où cet argent a été attribué par les pouvoirs publics pour Mons 2015 et pas pour Mons 2018.

Pour moi toute organisation qui perçoit un subside pour un évènement précis mais qui n’utilise pas toute l’enveloppe, devrait rembourser la partie excédentaire aux pouvoirs publics.

Il ressort de la presse que la Ministre aurait rencontré plusieurs responsables du dossier, afin d’exiger une réorientation du programme qui sera proposé.

Pourtant, dans sa réponse à mon interpellation, la Ministre prend bien soin de souligner qu’elle prend de la distance par rapport au dossier, qu’elle ne souhaite pas que son cabinet interfère dans le processus organisationnel et donc qu’elle laisse les acteurs de terrains agir. Venant d’une ministre à la pugnacité affichée, qui n’hésite pas à s’en prendre parfois violemment aux acteurs de terrain, cela me paraissait surprenant. Il semblerait donc que les tensions qui existent entre le PS et le CDH à la Région, soient également présentes à la FWB.

Enfin, il y a quelques mois, certaines institutions culturelles montoises connaissaient d’important licenciements ; je pense en particulier au Manège. Il me semble dès lors inapproprié de confier l’organisation de la biennale à une institution qui éprouve elle-même des difficultés à se gérer efficacement…à moins qu’un des objectifs de la biennale ne soit de renflouer les caisses du Manège en dehors des subsides déjà versés annuellement…

Les commentaires sont clos.