L’UWE demande une réforme libérale !

Posté le 31 janvier 2014 à 9 h 54 min par odestre Commentaires fermés sur L’UWE demande une réforme libérale !

L’UWE (union wallonne des entreprises) réclame une baisse de 20% des coûts salariaux pour les activités de production qui sont soumises à la concurrence internationale ; une politique amorcée de manière plus générale par la majorité fédérale au travers de ses mesures de relance.

On le sait, les entreprises situées en Belgique souffrent de deux grands maux : le coût de l’énergie et le coût du travail. Ces deux paramètres mis ensemble constituent un important frein à la compétitivité et ce d’autant plus dans un monde dans une globalisation constante.

Avant même la réforme de l’Etat qui doit mener à plus de responsabilités et de compétences dans le chef des Entités fédérées, les principaux leviers d’action pour lutter contre ces deux facteurs négatifs se situent déjà au niveau régional.

Certes, vu l’inactivité du Gouvernement olivier en la matière, on peut en douter ; et pourtant…

De son côté, au travers de compétences que l’on pourrait qualifier de résiduaires, l’Etat fédéral a agi de manière positive sur les deux paramètres.

D’une part, il a réduit le coût de l’énergie en diminuant de 21% à 6% la TVA sur l’électricité ; une mesure qui n’a été possible que grâce à l’incroyable effort d’assainissement des finances publiques.

D’autre part, une série de mesures destinées à baisser le coût du travail ont été mises en place. Je pense par exemple à la baisse des cotisations sur les 5 premiers emplois ; une mesure voulue et obtenue par le MR.

Si je rejoins Jean-François Heris, patron de l’UWE, quant à la nécessité de diminuer le coût salarial des entreprises subissant la concurrence internationale, je pense toutefois qu’il faut cibler de manière prioritaire les PME afin de faciliter leur développement, car elles constituent 99% de notre tissu économique.

En parallèle, afin de redresser sur le long terme notre balance commerciale, il conviendrait de simplifier les démarches administratives et de renforcer l’accompagnement des PME qui souhaitent se lancer dans l’exportation.

Pour ma part, j’estime qu’il serait beaucoup plus stable pour notre tissu économique et la stabilité de notre balance commerciale de disposer d’une multitude de petits exportateurs plutôt que de nombreux grands. En d’autres mots, il est plus sécurisant de disposer de 100 entreprises qui exportent chacune 1, plutôt qu’une entreprise qui à elle seule exporte 100.

Ceci étant, je remarque avec satisfaction que la solution prônée par l’UWE demeure authentiquement libérale dans son essence et que l’organisme partage une préoccupation avec le MR, à savoir mettre en place un véritable choc de compétitivité !

Les commentaires sont clos.