Lettre ouverte au directeur d’Hygea

Posté le 9 juin 2016 à 12 h 21 min par odestre Commentaires fermés sur Lettre ouverte au directeur d’Hygea

Monsieur le Directeur,
Monsieur De Moortel,

Depuis le 31 mai dernier, une partie du personnel d’Hygea a débrayé et le ramassage des poubelles n’est plus effectué dans les communes du ressort de votre institution.

Il s’ensuit donc une situation plus que chaotique, qui met à mal la salubrité publique et qui écorne gravement l’image de notre Région.

Certes, il est demandé aux citoyens de faire preuve de civisme et de rentrer chez eux leurs poubelles. J’observe toutefois que tout le monde ne dispose pas d’un garage, d’un jardin ou d’une cave.

A titre personnel, je juge tout à fait inapproprié de demander aux citoyens de rentrer les poubelles quand celles-ci macèrent depuis 15 jours, par des chaleurs importantes, alors que le ramassage est un service payant.

C’est pourquoi, j’estime que les villes et communes doivent prendre leurs dispositions en mettant en place des solutions alternatives. Il peut s’agir d’un ramassage par une entreprise privée, par les agents communaux ou encore la mise en place de containers à destination des citoyens.

En revanche, il me semblerait également nécessaire que vous preniez vos responsabilités et que vous demandiez à la justice de faire lever les piquets de grève. D’autres intercommunales replacées dans les mêmes circonstances n’ont pas attendu 15 jours pour agir !

Si la grève est un droit que je respecte, elle ne prévaut pas sur les autres droits de l’ensemble des citoyens. Nous en sommes arrivés à un stade où des mesures doivent être impérativement prises pour permettre aux ouvriers qui le souhaitent de travailler ; cette grève n’étant pas le fait de l’ensemble des travailleurs, ni même de tous les syndicats.

Il en va du bien-être des citoyens mais aussi de l’ordre et de la salubrité publique !

Au delà de cette question tout à fait fondamentale, je ne peux que regretter que cette grève politique et instrumentalisée se répercutera sur le portefeuille du citoyen, en raison de l’application du principe du coût-vérité.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, Monsieur De Moortel, en l’expression de mes sentiments les meilleurs,

Olivier Destrebecq

Les commentaires sont clos.