Le sondage du PTB louvierois, c’est de l’enfumage à grande échelle

Posté le 26 octobre 2017 à 13 h 57 min par odestre Commentaires fermés sur Le sondage du PTB louvierois, c’est de l’enfumage à grande échelle

J’ai pris connaissance avec intérêt du questionnaire mis en ligne par le PTB ayant pour but de prioriser ses chantiers pour la prochaine législature.

Je ne peux évidemment critiquer cette volonté de prendre le pouls de la population, qui s’inspire – pour ne pas dire se calque – sur la démarche mise en place par le MR Louviérois, depuis plusieurs semaines.

En revanche, au niveau des questions, de leur libellé et des réponses proposées : c’est de l’enfumage !

Le PTB profite de la complexité institutionnelle pour berner les citoyens car un nombre important des solutions proposées par le PTB louviérois ne relève pas des compétences communales.

Par exemple, le PTB propose des bus toutes les 10 minutes à tous les arrêts, ainsi que 2 trains rapides par heure. S’il est évident que La Louvière doit donner de la voix pour tenter d’augmenter l’offre de transports en commun, la décision et les moyens incombent avant tout au TEC et à la SNCB et malheureusement, en étant un tout petit peu réaliste, on se rend compte que c’est absolument impossible.

Pour le PTB, la grande solution au problème du chômage, c’est la création massive d’emplois publics. Tout d’abord, en limitant le nombre d’heures des agents communaux afin d’en embaucher plus…cette proposition ne manquera pas de réjouir les travailleurs de la ville qui verraient leur salaire raboté…

D’après les chiffres de septembre 2017, La Louvière compte 6795 chômeurs (source : forem)…le PTB aurait-il pour ambition de créer 6795 emplois publics ? On imagine sans peine le coût monstrueux que cela représenterait pour les finances de la Ville, qui sont sous CRAC, avec les contingences que cela suppose, notamment au niveau de l’embauche.

Pour le PTB, il faut 15 élèves par classe. Fort bien, mais la compétence appartient à la Communauté et non à la Ville qui ne saurait donc pas mettre cette proposition en œuvre. Par ailleurs, le PTB compte deux députés au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pourquoi ceux-ci n’ont-ils déposé aucune proposition de résolution ou de décret sur le sujet ?

Le PTB souhaiterait réduire à 2,5 euros l’entrée de la piscine. C’est évidemment possible, mais cela créera un trou budgétaire que la ville devra combler et elle ne pourra le faire qu’au travers des taxes communales ; donc de l’argent des citoyens. C’est donc donner d’une main et reprendre de l’autre.

On notera également que le droit à la sécurité ne figure même pas dans les priorités du PTB, alors qu’il faut pouvoir reconnaitre que des problèmes sérieux se posent encore aujourd’hui.

Pour le reste, que ce soit le logement, l’intégration des jeunes, la santé, le sport, l’environnement, on ne compte plus le nombre de propositions mettant en œuvre des services totalement gratuits.

Décidément, avec le PTB, on évolue dans un monde plein de magie et de féérie où l’argent n’existe pas, où les comptes publics ne doivent pas être en équilibre, où il n’est pas nécessaire d’avoir des contribuables…du moment que les grands magasins et les banques sont là pour financer le tout, tout va bien !

Peut-être faudrait-il rappeler que les grands magasins fournissent de nombreux emplois dans notre commune et qu’il serait malavisé de les fragiliser car mettre à mal les enseignes, c’est mettre à mal les emplois.

Peut-être faudrait-il rappeler aussi que ce sont les banques – dont, je le reconnais, on peut parfois critiquer l’intransigeance et la frilosité – qui octroient des prêts aux citoyens pour l’acquisition d’une maison, d’une voiture, etc., ainsi qu’aux entreprises, afin de leur permettre de se consolider, de grandir et donc d’embaucher et que par conséquent, surtaxer ces organismes ne conduira qu’à renforcer leur intransigeance et leur frilosité ; ce qui revient à tirer une balle dans le pied des entreprises et des citoyens.

Les derniers sondages du PTB le poussent à user et abuser de sa seule et unique recette : le populisme. A terme, son attitude ne fera que désillusionner les citoyens et donc créer encore plus de méfiance à l’égard du politique.

A mon sens, cela démontre que le PTB louviérois ne souhaite pas prendre de responsabilités au lendemain des élections car il sait pertinemment bien que ses propositions sont totalement irréalistes et qu’elles ne peuvent rencontrer les exigences d’un parti conscient des contingences du monde dans lequel nous évoluons et qui aurait réellement à cœur le bien-être de La Louvière et de ses habitants.

Les commentaires sont clos.