Le secteur de la Construction salue le travail du Gouvernement wallon !

Le secteur de la Construction salue le travail du Gouvernement wallon !

Quand le bâtiment va, tout va ! … même si l’adage est un peu trop péremptoire, il est vrai que la bonne santé du secteur de la construction est un des indicateurs de la situation économique.

Or, force est de constater qu’avec les réformes fédérales et wallonnes, chez nous, le secteur est en pleine croissance ! 

Ainsi, de 2016 à 2018, l’emploi salarié a augmenté de 1500 unités et le Bureau du Plan prévoit 6000 travailleurs en plus dans la construction d’ici 2024.

Malheureusement, ce bel élan est freiné par le manque de main d’œuvre. Ainsi, de nombreux métiers tels que carreleur, couvreur, voiriste, conducteur d’engin de chantier, chauffagiste, maçon, menuisier, ainsi que chef de chantier, métreur-deviseur sont en pénurie.

C’est pourquoi, le Gouvernement wallon et le Ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet, soutenus par le MR au Parlement, ne ménagent pas leurs efforts pour apporter des solutions qui mettront en adéquation les formations proposées par le Forem aux métiers en pénurie.

Même si la situation s’améliore, le chômage reste important en Wallonie. Il faut donc pouvoir donner les clés qui permettront aux personnes qui recherchent un emploi d’en trouver un…car de l’emploi, il y en a !

A court terme, le secteur soutient résolument les trois mesures de lutte contre les pénuries de main-d’œuvre mises au point par le Gouvernement wallon en vue de répondre aux besoins des entreprises à savoir

1. L’opération « coup de poing pénuries » : une ou plusieurs entreprises peuvent demander au Forem, aux Centres de compétence ou à l’IFAPME de former minimum 8 demandeurs d’emploi. La formation est réalisée « sur-mesure » en entreprise et en centre de formation. À l’issue de la formation (moyennant réussite), une embauche de 80% minimum des demandeurs d’emploi est exigée. Cette opération est disponible pour l’ensemble des métiers en pénurie

2.   L’instauration d’un Incitant de 350 € défiscalisée au bénéfice des demandeurs d’emploi qui réussissent des formations en lien avec les métiers en pénurie et fonctions critiques. Ces formations s’accompagnent de la promesse d’une préparation et d’un entretien d’embauche

3.  L’aménagement du Plan Formation Insertion en entreprise (PFI) via une modernisation et une simplification du dispositif actuel

Je ne doute pas que ces mesures permettront d’apporter des solutions au problème de pénurie que nous connaissons !

Les commentaires sont fermés.
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram