Le droit de vote : l’expression de la citoyenneté

Posté le 30 août 2016 à 9 h 40 min par odestre Commentaires fermés sur Le droit de vote : l’expression de la citoyenneté

Le droit de vote est un droit absolument fondamental qui résulte d’un combat, au sens le plus strict du terme, mené par les générations précédentes.

Le vote aux régionales et aux fédérales est le socle de la démocratie puisqu’il constitue l’expression directe de la volonté du peuple. Il indique l’orientation politique voulue pour l’avenir du pays mais constitue également l’arme la plus efficace des citoyens pour sanctionner des dirigeants jugés inefficaces.

A mon sens, le droit de vote est intimement lié à la nationalité car celle-ci fait partie de l’identité du citoyen et constitue son lien ferme et durable avec le pays.

Il m’apparaît donc normal que le droit de vote ne soit conféré qu’à l’ensemble des citoyens disposant de ce lien ferme et durable.

Donner un tel pouvoir à une personne qui ne dispose pas de ce lien me semble, au mieux, vide de sens et au pire, relever de l’électoralisme communautaire.

Si l’on est étranger et que l’on réside depuis peu en Belgique, il n’y a aucune raison de voter car on ne connait – en général – ni le rôle des institutions, ni les enjeux socio-économiques, ni les candidats.

Si l’on est étranger et que l’on réside de manière durable en Belgique, sans tenter d’en acquérir la nationalité, c’est que l’on ne se sent pas pleinement concerné par les enjeux du pays et, là encore, le droit de vote est illogique.

Si sur le fond, je ne vois aucune raison valable de conférer le droit de vote aux étrangers résidant en Belgique, je ne me fais aucune illusion quant aux motivations des tenants de cette proposition. Il s’agit à n’en pas douter d’une politique purement électoraliste qui vise à combler les voix perdues par la montée de l’extrême gauche, en surfant sur l’esprit communautaire. Une démarche que je ne peux que désapprouver et plus encore en cette période où l’enjeux est de mettre en place de véritables politiques d’intégration.

En outre, il est totalement contradictoire de vouloir donner le droit de vote aux étrangers résidant en Belgique, alors que l’on s’oppose au droit de vote des Belges résidant à l’étranger.

Si en 1970, on pouvait comprendre que l’information parvenait difficilement à nos expatriés, force est de constater que ce n’est plus du tout le cas.

La révolution de la technologie, des moyens de communication et l’avènement d’internet permettent aux Belges à l’étranger de s’informer de manière approfondie ; que ce soit sur l’actualité générale ou locale.

Aujourd’hui les journaux télévisés sont disponibles en ligne, de même que la presse écrite. Les newsletters permettent d’être tenu informé en temps réel lorsqu’un évènement majeur se produit.

Partant des technologies qui sont à notre disposition, le Belge expatrié n’est pas moins bien informé que les autres Belges. Sa capacité à voter en tout connaissance de cause n’est plus entamée. C’est pourquoi il ne serait que normal qu’ils puissent faire usager de ce droit !

Si je suis fermement opposé au droit de vote des étrangers aux élections régionales, je suis en revanche favorable à la suppression du caractère obligatoire du vote.

Le vote est un droit, il est pour moi un devoir, mais il ne devrait certainement pas être une obligation car le vote doit être librement consenti, effectué en connaissance de cause et non pas sous la contrainte d’une sanction financière.

Même s’il est évident que les hommes et femmes politiques ont un travail énorme à effectuer en matière de sensibilisation des citoyens aux débat et enjeux de sociétés, je peux concevoir que l’on n’ait pas forcément d’intérêt ou d’affinités avec la vie publique.

C’est pourquoi, j’estime tout à fait contreproductif sur un plan démocratique de contraindre une personne qui n’a pas envie de voter, de le faire.

Par ailleurs, si le vote n’était pas obligatoire, la valeur et le sens du résultat électoral s’en trouveraient accrus ; le message envoyé aux politiques quant aux choix voulus par la population serait également plus clair.

A titre strictement personnel et en tant que fervent défenseur de la liberté, je suis donc pour une suppression du caractère obligatoire du vote.

Les commentaires sont clos.