Le Budget 2013 remis sur les rails

Posté le 1 juillet 2013 à 13 h 00 min par odestre Commentaires fermés sur Le Budget 2013 remis sur les rails

Cette semaine débute avec une bonne nouvelle : le conclave budgétaire se ponctue sur un accord équilibré.

Alors que la mesure aurait rapporté beaucoup d’argent, il n’y aura pas d’augmentation des accises sur le carburant pour éviter d’imposer les travailleurs qui chaque matin, doivent faire des déplacements pour gagner leur vie.

De même, alors que le doute planait,  le Gouvernement continue de protéger l’épargne classique, celle du bon père de famille ; celle possible grâce au travail.

Il n’y a donc pas de hausse de la fiscalité sur le travail, ni de manière directe, ni de manière indirecte.

Au niveau des mesures, il faut insister sur le fait que les allocations familiales ne sont pas touchées ! On a pu entendre ça et là que le Gouvernement faisait payer le prix de la rigueur aux familles, c’est faux ! Ce qui change, c’est la prime de rentrée scolaire qui, il est vrai, est revue à la baisse de 15%. Eu égard à ce qui aurait pu être décidé à ce poste, il s’agit donc d’un moindre mal.

D’une manière générale, le Gouvernement a déployé le maximum d’efforts afin de réduire les dépenses plutôt que d’augmenter la pression fiscale. C’est naturellement un élément dont je me réjouis avec l’ensemble du Mouvement Réformateur ; c’est un des éléments pour lequel nous avons plaidé avec un succès manifeste. Tout euro épargné est un euro qu’il ne faudra pas aller chercher dans la poche du citoyen.

60% de l’effort de ce conclave portera précisément sur la réduction des dépenses. Ainsi, il apparait que le secteur des soins de santé serait particulièrement touché. Il est vrai des économies importantes ont été réalisées au travers de ce poste, mais il ne faut pas s’en inquiéter. Comme l’a déjà souligné le Ministre du Budget  Olivier CHASTEL, il s’agit essentiellement d’un recalcul possible grâce aux mesures structurelles prises lors de ces derniers mois. Il n’est donc pas question de remettre en cause la qualité ou l’accessibilité aux soins de santé.

 Au niveau des entreprises, désormais celles qui reversent des dividendes à leurs actionnaires devront s’acquitter d’un impôt minimal, indépendamment des avantages fiscaux dont elles pourraient bénéficier. Il s’agit d’une mesure qui va dans le sens de la justice fiscale et qui s’associe à une mesure en faveur des PME, qui représentent l’immense majorité de notre tissu économique.

En effet, le tiers des rentrées liées à l’impôt minimal sera rendu aux PME au travers du précompte professionnel ; ce qui fera la promotion de l’emploi.

Malheureusement, le Gouvernement s’est résolu à s’aligner sur l’ensemble des autres pays européens. Désormais les honoraires d’avocats seront soumis à la TVA. Il s’agit d’une mesure que naturellement je regrette mais qui, tôt ou tard, devait intervenir. A tout le moins, cela devrait inciter à une réflexion en matière de résolution des conflits. Pour ma part, après en avoir discuté avec plusieurs professionnels du droit, j’estime qu’une évolution doit intervenir en faveur de la médiation.

Il était impératif d’arriver rapidement à un accord sur l’ajustement budgétaire. C’est chose faite et cela prouve que la Belgique poursuit son effort d’assainissement et s’inscrit dans le respect des obligation européennes.

Comme lors des derniers mois, la rigueur soutenable demeure l’option judicieusement choisie par le Gouvernement. A cela doivent désormais s’ajouter les mots équité et prudence.

Plutôt que de se contenter de l’effort prévu à 524 millions d’euros, le Gouvernement a anticipé et a poussé l’effort à 750 millions pour atténuer une hypothétique mauvaise nouvelle ultérieure. Enfin, pour préparer l’effort budgétaire de 2014,  le Gouvernement s’est déjà attelé à dessiner les grandes lignes de la prochaine épure. Il ‘agit d’une ultime preuve de tout le sérieux que montre le Gouvernement en la matière.

Je salue donc le travail réalisé par le Ministre Chastel et attends que les textes soient communiqués à la Commission des Finances de la Chambre afin de pouvoir en débattre.

Les commentaires sont clos.