La note de l’informateur royal : une base solide

Posté le 26 juin 2014 à 13 h 08 min par odestre 1 Commentaire

Après un mois de consultations, l’informateur a présenté une note écrite reprenant les points clés autour desquels la législature s’articulerait et sur base desquels l’accord de Gouvernement aurait pu être rédigé.

Rapidement et pour des raisons légères, le CDH a balayé d’un revers de la main cette note ; amenant ainsi le pays dans une situation de blocage.

A l’inverse, le MR a accepté les pistes proposées. Pourquoi ?

Tout d’abord, nous nous sommes assurés que la note ne comportait aucune dimension communautaire. Nous ne sommes pas dupes, la NVA reste un parti séparatiste et il faut donc demeurer vigilant afin de garantir la protection de l’Etat fédéral.

Néanmoins, nous vivons dans un pays de compromis et la protection de l’Etat fédéral passe par des accords entre partis qui, souvent, n’ont pas les mêmes visées. La leçon que nous pouvions tirer de 2010 était que ce qui affaiblit réellement le niveau fédéral, ce sont les multiples blocages et le refus de parvenir à un accord.

Je suis convaincu que la réponse du CDH met à mal la Belgique puisqu’elle conforte la thèse de la NVA suivant laquelle il y aurait deux démocraties en Belgique, une au nord et une au sud.

Au delà de cette dimension institutionnelle, nous avons accepté non pas la note du formateur, mais les 10 principes socio-économiques qu’elle véhiculait et qui comportaient des avancées importantes en terme de lutte contre le dumping social et de compétitivité par rapport à nos concurrents directs.

Nous l’avons dit, nous l’avons répété, notre objectif est de mettre en place un gouvernement qui mènera un travail de fond sur le plan socio-économique et qui pourra avancer sur la poursuite du redressement de notre pays, créer de l’emploi, baisser la pression fiscale et sauvegarder la solidarité.

En outre, les principes protègent le pouvoir d’achat des citoyens puisque la note confirmait l’indexation automatique des salaires, ainsi que la réforme fiscale pour les bas et moyens revenus.

Il s’agissait donc d’une base solide de réflexion, une base sur laquelle nous voulions travailler, une base assez équilibrée et qui éloignait le spectre de la crise.

Cependant, le CDH qui se dit au centre mais qui n’est que l’antichambre du PS a dit non, comme à son habitude. Le CDH continue de refuser les compromis s’ils ne sont pas teintés d’un socialisme archaïque, au risque de nous faire replonger dans un crise qui s’impactera directement sur l’emploi.

Pour une consultation de la note, cliquez ici.

1 Commentaire sur "La note de l’informateur royal : une base solide"

Les commentaires sont clos pour cette article.