La Louvière et Houdeng préparent plumes, oranges, sabots et confettis

Posté le 26 mars 2014 à 11 h 50 min par odestre Commentaires fermés sur La Louvière et Houdeng préparent plumes, oranges, sabots et confettis

Ce weekend, La Louvière et Houdeng se pareront de leurs plus beaux atours carnavalesques. Une fois de plus, la tradition sera respectée et le son des batteries et des cuivres retentira dans les rues accompagnant dans la liesse populaire plus d’un millier de Gilles, Paysans et autres costumes de fantaisies qui battront le pavé pour faire revenir le printemps.

À La Louvière, comme à Houdeng et dans la Région du Centre plus généralement, le Carnaval est un moment particulier et très attendu par une très grande majorité de citoyens. C’est l’occasion pour les membres des différentes sociétés de se retrouver, de se rassembler pour défiler et faire vivre ce Carnaval dans une myriade de couleurs. Ce sont également les citoyens qui sont acteurs du folklore, par leur participation, leur présence et leurs sourires.

Tradition – Évolution – Communication

Il n’est pas exagéré de dire que le Carnaval dans la cité des Loups est un véritable ciment social car il rassemble autour d’une tradition, des gens de tous âges, sans considération pour la religion, la philosophie, la couleur de peau ou l’origine sociale, le tout dans l’allégresse et le partage.

À mes yeux, le Carnaval n’est pas un reliquat du passé, c’est un élément bien vivant et qui peut être encore actualisé tout en étant en parfaite adéquation avec les traditions séculaires. Cependant, je suis persuadé que nos carnavals gagneraient à opérer une évolution car la société elle même évolue.

Auparavant, il n’était pas rare que les gilles se privent toute une année pour faire le carnaval. A l’époque le nombre de divertissements était plus réduit et les moyens tout autres. Aujourd’hui, on peut prendre l’avion et s’envoler pour le sud de l’Europe à moins de 100 euros. L’avenir du carnaval passe donc par une plus grande prise en considération de ces facteurs.

Plus que tout, cette évolution doit, à mon sens, se faire dans le sens d’une communication modernisée et plus ouverte. Il faut être ambitieux pour notre folklore et pour notre entité; il faut faire connaître nos traditions en défendant les valeurs humanistes, universelles et intemporelles qui le sous-tendent.

Attention, il est question d’une évolution et non d’une révolution qui risquerait de mettre à mal l’âme de notre folklore. Dans cette perspective, cette évolution doit être maitrisée, voulue, adopté et initiée par les acteurs du carnaval. Ce sont eux qui l’animent, ce sont eux qui le connaissent le mieux, ce sont eux qui doivent en esquisser le futur.

Toutefois, il n’est pas interdit de songer à une évolution et à des pistes de réflexion qui permettront de relancer notre folklore. Pourquoi ne pas mettre à l’honneur chaque année une ville où le folklore est mis en avant. Cela pourrait être une ville belge, voire une ville étrangère. Je pense par exemple aux villes avec lesquelles La Louvière est jumelée.

Bien évidemment, le Gille doit rester le roi du carnaval, c’est primordial puisqu’il fait partie de notre identité. En revanche, face aux difficultés qu’éprouvent certains carnavals de l’entité, il me semblerait opportun de réfléchir avec tous les acteurs au moyen de les redynamiser. Je le répète, le collège communal et moi-même n’avons pas vocation à imposer quoique ce soit en la matière ; je suis uniquement là pour proposer des pistes et il reviendra aux acteurs d’y réfléchir, d’en élaborer d’autres ou de les adopter le cas échéant.

Enfin, au delà des ces éléments, je me dois de saluer le travail de tous ceux qui participent à la réussite du carnaval. Merci à tous ceux qui font de ce carnaval un moment aussi convivial et aussi populaire. Sans le dynamisme et l’amour du folklore  des amicales, des membres des comités et bien-sûr de ceux qui y prennent une part visible, tout ceci ne serait pas possible !

Les commentaires sont clos.