Infrastructures sportives : 2014, une année budgétairement électoraliste

Posté le 24 novembre 2014 à 13 h 53 min par odestre Commentaires fermés sur Infrastructures sportives : 2014, une année budgétairement électoraliste

Étant membre de la Commission agriculture, tourisme et infrastructures sportives, j’ai l’occasion d’intervenir sur le budget propre à ce département.

Avant d’aborder le budget 2015, le Gouvernement a ajusté le budget 2014 pour le faire correspondre aux dépenses et recettes effectives.

Au niveau des infrastructures sportives, l’examen des chiffres proposés démontre que l’ancien Ministre wallon des sports , M. Antoine, a mené une politique purement électoraliste.

En effet, une fois le crédit prévu épuisé, il existe deux possibilités en matière d’attribution de subsides : Soit faire preuve de prudence budgétaire en reportant à l’année suivante les dossiers restant à traiter, soit se montrer dispendieux en continuant à octroyer les subsides ; quitte à dépasser largement l’enveloppe budgétaire.

En ces temps de difficultés budgétaires, le bon sens veut que l’on pratique la première méthode comme par exemple en 2013.

Oui mais voilà, nous sommes en 2014 : une année triplement électorale.

A circonstances particulières, pratiques particulières : en 2014, on a préféré fermer les yeux sur la prudence budgétaire et octroyer des subsides à tours de bras.

Conséquence : entre le budget initialement prévu et le budget corrigé, la différence est de 30% à la hausse.

N’allez pas croire qu’il s’agisse de la volonté du Gouvernement de donner la priorité dans les infrastructures sportives ! Le budget 2015 revient en effet à plus de sobriété et à une enveloppe tout à fait comparable à l’enveloppe initialement prévue en 2014.

La tâche ingrate du Ministre du budget est de devoir dire « non » à ses collègues. Chaque Ministre tente évidemment d’obtenir la plus grosse enveloppe budgétaire possible pour mener ses politiques. Malheureusement, les crédits ne sont pas illimités et il revient au Ministre du budget de freiner les velléités des uns et des autres afin d’assurer le respect de la trajectoire budgétaire.

Naturellement, il devient difficile de dire non au Ministre des sports lorsque les deux portefeuilles sont détenus par une seule et même personne.

J’ai donc la conviction que l’ancien Ministre des sports a profité de sa double casquette pour multiplier les cadeaux électoraux et se faire bien voir auprès des milieux sportifs. Il s’agit de pratiques déloyales qui relèvent du clientélisme.

Cet ancien ministre démontre de manière tout à fait probante que le Gouvernement wallon se soucie plus de sa réélection que de la conduite rigoureuse des affaires publiques.

Les commentaires sont clos.