Grèves: CSC et FGTB communautarisent le débat

Grèves: CSC et FGTB communautarisent le débat

Lorsque les syndicats flamands ont pris la décision de suspendre les actions prévues sur le rail en ce début janvier, travailleurs et étudiants ont poussé un ouf de soulagement en supposant que leurs homologues du Sud suivraient cette décision raisonnable.

Malheureusement, on le sait, ni la CSC, ni la FGTB ne brillent par leur modération ; si bien que, les actions prévues ces 6 et 7 janvier sont maintenues.

Cette décision tout à fait irresponsable préjudiciera tout particulièrement les étudiants du supérieur dans la mesure où, sauf circonstances particulières, la grève ne constituera pas un motif suffisant pour excuser l’absence à un examen. A eux donc de se débrouiller !

Certes, on me rétorquera que les grévistes ont mis en place un système de co-voiturage afin de permettre aux étudiants de passer leurs examens. On notera toutefois que l’opération “ma portière t’est ouverte” ne concernera que 45 étudiants (sur des centaines qui prennent le train) et ne mobilisera que 30 chauffeurs. C’est donc un flop, une annonce marketing pour polir un peu l’image des syndicats. Même si la question demeurera probablement sans réponse, on est libre de s’interroger: sur ces 45 étudiants, combien d’entre eux sont-ils des enfants ou des proches du personnel gréviste ?

Soyons clairs: le MR ne s’oppose pas au droit de grève mais veut avant tout garantir à ceux qui travaillent et aux étudiants qui passent leurs examens, la possibilité de le faire.

Aujourd’hui, la dette de la SNCB dépasse les 4 milliards d’euros et se creuse chaque année de 200 millions d’euros. L’infrastructure est vieillissante et les moyens financiers dispersés. Il importe de réformer cette entreprise publique en améliorant notamment sa productivité.

C’est pourquoi le MR défend le plan de modernisation de la SNCB, initié par la Ministre Galant.

Il n’est plus l’heure des réflexes passéistes et du repli sur les droits acquis mais bien des décisions, de la modernisation et de l’assainissement. Sans cela, je ne serais pas surpris de voir ressurgir le spectre de la Sabena à la SNCB.

L’attitude de la CSC et de la FGTB donne une fois de plus des arguments à ceux qui parlent de fracture communautaire et qui réclament une régionalisation de la gestion du rail ; une position que le MR ne partage pas et contre laquelle nous nous opposerons.

Peut-être l’explication de cette divergence d’attitude entre syndicats du Nord et du Sud se trouve t-elle dans le degré de proximité de ceux-ci avec les partis politiques. Il est très rapidement devenu évident que depuis le prise de fonctions du Gouvernement fédéral, FGTB et CSC, mènent une opposition purement politique aux décisions du Gouvernement, vraisemblablement en bonne entente avec le Boulevard de l’empereur et la Rue des Deux Eglises.

A ce stade, j’espère une prise de conscience des syndicats et une suspension de dernière minute de leur préavis de grève…malheureusement, l’espoir est faible car en ce début 2016, les syndicats ne semblent pas s’être pliés à la tradition des bonnes résolutions.

Les commentaires sont fermés.
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram