Enseignement : Non à la politique façon Jacques Martin de la Gauche !

Enseignement : Non à la politique façon Jacques Martin de la Gauche !

Nous sommes le 2, ce n’est donc malheureusement pas un poisson d’avril: cette semaine, le Gouvernement PS-CDH de la Fédération Wallonie-Bruxelles adoptera un projet de décret portant sur l’enseignement.

Ce texte implémentera plusieurs mesures contre lesquelles le MR s’oppose farouchement, à commencer par l’allongement du tronc commun jusqu’à 15 ans. A nos yeux, cette mesure est de nature à inhiber les élèves et à contrarier celles et ceux qui veulent se lancer dans l’apprentissage d’un métier, issu des filières techniques et professionnelles. Pour nous, les élèves ne doivent pas être fondus dans un même moule ; au contraire, ils doivent pouvoir exprimer leur talent et l’intelligence de leurs mains, s’ils le souhaitent.

En second lieu, le projet de décret permettra aux élèves qui échouent à leur CEB, de poursuivre leur cursus dans l’enseignement secondaire.

S’il est vrai que pour la gauche, pouvoir scander que 100% des élèves de 6ème primaire passent en secondaire est un objectif en soi, pour les libéraux, il s’agit une fois de plus d’une mesure contribuant au nivellement par le bas de l’enseignement. 

Pour nous, il n’est pas honteux d’échouer. Ce qui est important, c’est de pouvoir mettre à profit les enseignements de son échec pour progresser. 

A nos yeux, faire croire à nos enfants que le monde ressemble à une émission de Jacques Martin et que tout le monde gagne à la fin, quoiqu’il arrive, c’est les tromper lourdement. 

Ce n’est en tous cas ni ma vision de la vie, ni celle de ce que doit être l’enseignement. 

En outre, le pacte veut donner la priorité aux langues…objectif louable, méthodes déplorables. 

Ainsi des tests de maîtrise du français seront organisés à la demande des enseignants en début de scolarité avec possibilité, en cas de besoin, d’attribuer un encadrement complémentaire. 

En d’autres termes, la Ministre veut, d’un côté, donner la possibilité à des élèves qui ne maitrisent pas des savoirs essentiels tels que lire ou écrire, de quitter les primaires et d’arriver en secondaires. Par contre, ils « pourront » éventuellement être encadré de manière complémentaire par la suite. Autrement dit, les difficultés de l’élève ne cesseront de croître et il ira droit dans le mur, avec un véritable risque de décrochage scolaire, s’il n’est pas correctement encadré par ses parents.

Est-ce le rôle de l’école secondaire que d’alphabétiser les élèves ? N’est-ce pas, justement, le rôle du primaire ? 

Plus que jamais, le pacte d’excellence se mue en véritable décret statistiques. La Gauche préfère demeurer aveugle aux véritables difficultés des élèves et des enseignants, afin de soigner les chiffres de réussite. Pauvre école ! 

Les commentaires sont fermés.
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram