En Belgique, les efforts paient.

Posté le 11 juin 2012 à 8 h 02 min par Erica Commentaires fermés sur En Belgique, les efforts paient.

Communiqué de presse du Député fédéral Olivier Destrebecq, le 11 juin 2012.

Dans le contexte économique actuel, le député Olivier DESTREBECQ, membre de la Commission des Finances et du Budget, tient à souligner l’excellent travail du gouvernement et du Ministre du budget, Olivier Chastel.

« Depuis la mi décembre, le Gouvernement a mis en place une politique de rigueur raisonnée.

L’opposition a critiqué cette façon de faire qui pourtant s’imposait et qui était d’ailleurs demandée par la Commission Européenne. Après 6 mois d’existence, nous pouvons en faire une première analyse sur le plan budgétaire ».

Actuellement plusieurs pays suscitent encore l’inquiétude parmi nos partenaires européens ; Ceux-ci sont d’ailleurs repris sous l’acronyme PIIGS, pour  Portugal, Irelande, Italy, Greece et Spain.

La dette publique de ces pays n’a pas cessé de s’accroitre ces dernières années, en ce compris en 2011. Divers facteurs explicatifs se conjuguent, mais le premier à retenir est naturellement la recapitalisation des banques qui, à titre exemplatif, a couté 24 milliards d’euros pour la seule Irlande en 2010.

Très récemment, l’Espagne a fait appel à la solidarité de ses partenaires européens afin de sauver son secteur bancaire ; et donc les économies des citoyens espagnols. La zone Euro s’est accordée pour le versement d’un prêt de 100 milliards € (dont 1 milliard à charge de la Belgique).

Aux yeux d’Olivier DESTREBECQ « ce sauvetage s’imposait ! Nous ne pouvons nous permettre de laisser tomber nos partenaires européens et de voir la zone euro s’enfoncer un peu plus dans la crise. Si tel était le cas, alors les répercussions négatives se ressentiraient aussi en Belgique. Il ne faut pas être aveugle, les pays de la zone euro sont liés les uns aux autres et doivent se serrer les coudes pour sortir de la tempête.

J’observe aussi que le Président Van Rompuy s’apprête à proposer un projet d’union budgétaire lors du Sommet européen des 28 et 29 juin. D’après la presse, tout pays ayant besoin de plus d’argent qu’il n’a à disposition, devra faire connaître ses besoins à l’Eurogroupe.

Ce projet me semble tout à fait fondamental et nécessaire. J’avais d’ailleurs plaidé en ce sens au sein de la commission des finances, il y a quelques semaines de cela. Je souhaite donc beaucoup de succès au projet de M. Van Rompuy, et j’espère que les partenaires européens trouveront un accord.».

Concernant l’impact budgétaire pour la Belgique, le député note qu’«  il ne s’agit pas d’une donation mais d’un prêt qui nous octroiera plus tard des intérêts. S’il faudra dans un premier temps absorber le choc de cette aide, cette dernière devrait au final nous rendre bénéficiaire de cette opération sur le moyen et le long terme ».

Au niveau de la situation de la Belgique, Olivier DESTREBECQ se veut rassurant :

« Force est de constater que notre situation est bien différente de celle de nos partenaires méditerranéens. Loin d’être considéré comme des PIIGS, la situation belge est en bonne voie d’amélioration. Une preuve supplémentaire de la qualité de la politique budgétaire mise en œuvre par le Gouvernement et exécutée par le Ministre Chastel.

Et cette amélioration se manifeste concrètement par une baisse des taux pour notre pays sur le marché obligataire. Alors qu’en novembre 2011 les taux s’élevaient à 6% ; ils ont désormais chuté à 2,8%. Une chute importante dans un temps très court !

Cette baisse démontre la qualité de notre gestion des finances publiques et inclut certaines conséquences pratiques très favorables.

En effet, selon certains économistes, cette diminution des taux est susceptible d’induire une économie budgétaire de 400 millions d’euros. Il s’agit naturellement d’une bonne nouvelle dans la perspective des économies futures.

Autre élément, la baisse des taux indique également que les investisseurs voient dans notre pays un gage de sécurité, où il est peu risqué de placer son argent.

Je le réaffirme donc avec force conviction, la Belgique est loin de faire partie des PIIGS. Notre politique de rigueur porte ses fruits, nous sortons la tête hors de l’eau. Il nous faut désormais un plan de relance viable et concret. Vu la réussite du Gouvernement au niveau budgétaire, je ne doute pas qu’il parviendra à mettre en place une politique qui valorisera efficacement le travail et dopera la compétitivité de nos PME ».

Les commentaires sont clos.