De la surenchère

Posté le 6 mars 2014 à 11 h 06 min par odestre Commentaires fermés sur De la surenchère

Il y a quelques jours à peine, je mentionnais la tentation qu’ont certains de céder aux sirènes du « y’a qu’à » en période électorale.

Malheureusement, les faits me donnent raison puisque l’on voit désormais poindre les surenchères électoralistes. En la matière, les discours contradictoires ne semblent d’ailleurs pas effrayer ceux qui, hier encore, criaient au scandale quant au coût de notre réforme fiscale.

En décembre, le MR présentait à ses militants et sympathisants son programme en la matière ; Un programme chiffré à 5 milliards déduits d’un effet retour à court terme de 1,5 milliard. Nous ne bernions pas l’électeur puisque nous lui affirmions de but en blanc : « cette réforme aura un coût ; mais il s’agit d’un coût nécessaire si nous voulons redynamiser notre économie ».

Immédiatement, les critiques fusèrent de la gauche de l’échiquier politique ; les piques les plus acerbes étant lancées par le CDH. André Antoine estimait notamment que « le MR rasait gratis ».

Une parole malheureuse venant d’un Ministre qui a maquillé plus de 5 milliards de dette wallonne; une parole malheureuse d’un parti qui affirme vouloir une réforme fiscale de 10 milliards, sans que cela ne coûte un euro au contribuable.

Au travers de notre réforme fiscale, nous voulons plus d’efficacité économique et plus de justice : il n’est pas normal d’avoir un impôt des société supérieur de 10% à la moyenne européenne, il n’est pas normal d’avoir des droits de succession allant jusqu’à parfois 80%, il n’est pas normal de payer autant d’impôts aussi vite.

Nous défendons une réforme fiscale au service des entreprises, des travailleurs, de la classe moyenne et des indépendants mais nous voulons une réforme fiscale réaliste qui s‘inscrit dans le retour à l’équilibre budgétaire et dans la réduction de l’endettement.

Nous avons foi dans les citoyens et sommes persuadés qu’ils ne seront pas dupes dans la surenchère électoraliste qui a malheureusement déjà débuté. Nous venons avec des propositions pleines de bon sens et de réalisme ; au diable les grandes promesses, elles ne trompent personne en insultent les électeurs !

Les commentaires sont clos.