Communiqué de presse, sur l’avenir budgétaire …

Posté le 18 février 2012 à 17 h 10 min par odestre Commentaires fermés sur Communiqué de presse, sur l’avenir budgétaire …

 

Depuis quelques jours, des chiffres de croissance ont été avancés par la Banque Nationale et par le Bureau du Plan. Comme pressenti, cette dernière sera inférieure au chiffre retenu par le Gouvernement pour l’élaboration du budget.

 

« Ce n’est un secret pour personne, nous savions que des efforts supplémentaires devraient être réalisés, le réajustement budgétaire était d’ailleurs déjà prévu » rappelle Olivier DESTREBECQ.

 

Le député souligne que, d’après le Bureau du Plan, la prévision de croissance n’est pas nulle comme certains le pronostiquaient et qu’il faut sans doute déjà y voir l’action positive du Gouvernement. « Nous savons maintenant que les économies à effectuer se situeront dans une fourchette de 2 milliards à 2,5 milliards. »

 

Olivier DESTREBECQ considère que ces économies doivent être réalisées prioritairement en restreignant le train de vie de l’Etat. Le député rejoint en cela les propos d’Olivier CHASTEL, Ministre du Budget qui estimait que « de l’argent peut être trouvé dans les dépenses facultatives et administratives de l’Etat, et en rationnalisant certaines pratiques dans la fonction publique ».

 

Le député salue le comportement responsable des entités fédérées qui rejoignent l’Etat fédéral sur le chemin de la rigueur. Olivier Destrebecq estime en effet que « Pour parvenir à respecter le Pacte Budgétaire, la participation et la collaboration des entités fédérées sont nécessaire. Le déficit maximum s’élève à 2,8% du PIB. Les Entités fédérées devront effectuer leur part d’efforts en limitant leur déficit à 0,4% du PIB ».

 

A l’image de Charles MICHEL, Président du Mouvement Réformateur, Olivier DESTREBECQ est farouchement opposé à une hausse de la TVA. Celle-ci entrainerait une perte du pouvoir d’achat pour les citoyens, ce qui est inacceptable, à fortiori dans une perspective de relance économique. Le député est de ceux qui pensent que la rigueur est une condition nécessaire mais non suffisante à la sortie de crise. Il faut selon lui que le Gouvernement et le Parlement collaborent afin de mettre en place des mesures de relance de la consommation, de l’emploi et des investissements.

 

Grâce à l’intervention du Mouvement Réformateur, l’accord de Gouvernement prévoit par exemple pour l’employeur, une réduction des cotisations sociales plus importante qu’aujourd’hui pour l’engagement de ses trois premiers travailleurs salariés ; et ce, à partir de 2013. Olivier DESTREBECQ souhaite que la mise en œuvre de cette mesure soit avancée à l’année 2012.

 

Olivier DESTREBECQ s’est dit favorable à la taxation des produits financiers et ne s’oppose pas à un impôt des grosses fortunes, bien qu’il demeure circonspect quant à son applicabilité et son efficacité. En outre, il reste ouvert quant à la possibilité d’aller encore un peu plus loin sur les économies liées aux intérêts notionnels ; pour autant que cela n’augmente pas la pression fiscale pour les entreprises.

 

Sur la question de l’indexation automatique des salaires, Olivier DESTREBECQ est naturellement opposé à une abrogation pure et simple. Cependant, il ne ferme pas la porte à une modification, à un aménagement du mécanisme afin de l’assouplir, tout en continuant de protéger les citoyens ayant un faible pouvoir d’achat. Il ajoute « Je suis intimement persuadé qu’en modifiant le système, il est possible de maintenir un mécanisme de soutien au pouvoir d’achat des citoyens, tout en permettant aux entreprises de réaliser des économies structurelles ». Et le député de poursuivre « cela permettrait à celles-ci de redevenir concurrentielles à l’égard des entreprises des pays voisins ».

Au cours des prochaines semaines, Olivier DESTREBECQ prendra une part active dans les discussions sur le réajustement budgétaire, au sein de la Commission des Finances et du Budget. Il mettra tout en œuvre pour que les mesures d’économie touchent le moins possible les citoyens et les entreprises. Il veillera également à ce que des mesures de relance économique soient prises afin de redynamiser le tissu socio-économique belge.

Les commentaires sont clos.