Budget: Le Gouvernement Wallon manipule les chiffres

Posté le 17 janvier 2014 à 10 h 15 min par odestre Commentaires fermés sur Budget: Le Gouvernement Wallon manipule les chiffres

Depuis quelques semaines, un conflit oppose le Ministre du Budget Wallon et la Cour des Comptes. L’objet du litige : 5 milliards d’euros…une bagatelle !

En effet, alors que ledit Ministre évaluait l’endettement de la Wallonie à 6,250 milliards, la Cour des Comptes le corrigeait et établissait le montant de la dette à 11,237 milliards.

Pris en défaut, le Ministre humaniste a privilégié les arguments de forme plutôt que ceux de fond : « c’est une fuite inacceptable, tout a été orchestré par l’opposition (lire : le MR), il ne s’agit que d’un changement de méthodologie de la Cour ! »

En réalité, la méthodologie employée par la Cour des Comptes n’est rien d’autre que le système européen puisque la Cour a inclus dans le périmètre de la dette, les dettes enregistrées dans différents organismes comme la Sofico, la Fiwapac, la Sowafinal ou encore le CRAC ; le Ministre Wallon du Budget se contentant, pour sa part, d’inclure la partie trésorerie de ces organismes.

Pourtant, à entendre le ministre, on ne serait pas loin d’un complot ou d’une conspiration. Toujours est-il que le message qu’il souhaite faire passer est clair : « ce n’est pas ma faute, c’est eux ! ».

Voyant ce dernier déserter ses responsabilités et craignant une réévaluation de la dette belge par les instances européennes, j’ai interpellé le Ministre des finances en séance plénière de la Chambre afin que ce dernier fasse le point sur ce dossier. La réponse du Ministre des Finances est à la fois rassurante et inquiétante.

Après avoir confirmé que la dette wallonne s’élevait bel et bien à 11,2 milliards en 2012 et non à 6,25 comme on voulait nous le faire croire, le Ministre a expliqué que le calcul de l’endettement pour l’ensemble de la Belgique se base sur le système européen et donc, intègre déjà le chiffre de 11,2 milliards.

L’information est donc rassurante en ce que le fédéral a anticipé le problème et que le réel niveau d’endettement de la Wallonie sera sans impact pour la Belgique.

En revanche, je nourris de graves inquiétudes sur un plan démocratique. Le Ministre a maquillé les chiffres, n’a tenu compte que de ce qui l’arrangeait et a menti aux Wallons, soit en connaissance de cause, soit par ignorance, donc incompétence.

Dans ces conditions, plutôt que de rejeter la faute sur le Mouvement Réformateur qui, aux manettes au fédéral, opère un redressement spectaculaire des finances de l’Etat, l’Olivier devrait peut être se réunir en urgence afin d’élaborer rapidement un plan de réduction de la dette à court, moyen et long terme, avec des objectifs clairs, chiffrés et, cette fois,  non déguisés !

En conclusion: le budget wallon est à envisager d’une manière aussi calamiteuse que la gestion du photovoltaïque ; il est véritablement en train de chavirer.

Les commentaires sont clos.