Attitude antidémocratique et irresponsable du Ministre Marcourt

Posté le 29 mars 2017 à 9 h 44 min par odestre Commentaires fermés sur Attitude antidémocratique et irresponsable du Ministre Marcourt

Ce mardi, le Ministre Marcourt présentait enfin (avec un mois de retard !) au Parlement la note d’intention du Gouvernement relative au futur contrat de gestion de la RTBF.

Comme à son habitude, le Ministre s’est montré hautain et méprisant à l’égard des Députés et du Parlement en général. Même si nous sommes coutumiers de son dédain, cette fois le Ministre a dépassé les bornes en refusant de répondre aux questions des Députés.

Selon lui, il n’était présent en Commission qu’au titre d’observateur et ne se sentait donc pas tenu de répondre aux légitimes questions qui se posaient suite à un exposé qui nous a laissé dans un certain flou sur plusieurs points.

J’observe toutefois que l’ordre du jour de la commission stipulait « échange de vues » et non pas « échange de vues entre les Députés ». Après un exposé sur un domaine aussi important pour les citoyens, pour les médias et pour la FWB, il est normal que des demandes de précisions surgissent vis à vis du Ministre ; c’est en cela que l’échange de vues est intéressant. Sinon, quelle est l’utilité d’une discussion entre Députés ?

Un des rôles du Parlement est de contrôler l’action du Gouvernement. Or, si le Ministre fuit ses responsabilités en la matière, comment pouvons-nous concrètement exercer le devoir qui est le nôtre ?

Lorsque l’on est Député, poser des questions au Gouvernement, éclaircir les zones d’ombre, pointer du doigt ce qui ne va pas et même saluer ce qui est positif, c’est incarner sa fonction et le rôle démocratique qui nous est dévolu. Monsieur Marcourt s’estimerait-il donc au dessus de ces principes démocratiques en ne se soumettant pas à ses obligations ?

Le Ministre a notamment justifié son refus de répondre au prétexte que cet échange ne ferait pas partie du processus. Premièrement, le retard pris par le Gouvernement pour déposer sa note d’intention ne faisait pas non plus partie du processus et pourtant cela n’a pas semblé perturber le Ministre. M. Marcourt prend donc avec le processus les libertés qui l’arrangent !

On ne peut pas d’un côté affirmer que l’élaboration du contrat de gestion de la RTBF est un processus participatif et de l’autre côté, couper toute collaboration constructive avec le Parlement !

Dans les prochaines semaines et les prochains mois, le Parlement auditionnera une série d’acteurs qui donneront des avis circonstanciés et très intéressants mais qui compteront pour peau de chagrin car en réalité le contrat de gestion sera rédigé par Messieurs Marcourt et Philippot lors de l’une ou l’autre rencontre discrète.

La majorité parlementaire jouera donc au jeu édicté par M. Marcourt dont l’objectif premier est de rester en bons termes avec l’administrateur délégué de la RTBF, tout en se soustrayant à son devoir démocratique. Elle s’engagera dans un long simulacre de démocratie qui ne servira qu’à couvrir le processus qui se sera déroulé concrètement.

Est-ce pour cela que la déclaration préparée par M. Marcourt a été recalée plusieurs fois au sein du Gouvernement ? Y’avait-il trop de complaisance ? Celle-ci était-elle trop perceptible ?

Le Ministre aurait-il peur de répondre aux questions en raison des tensions très fortes qui existent entre le PS et le CDH dans ce dossier ?

Quoiqu’il en soit, je ne peux que constater que nous entamons notre travail avec du retard et dans le flou le plus total. En ces temps où tout un chacun dit vouloir réenchanter le politique, force est de constater que le Ministre liégeois ne se sent pas concerné par le devoir de transparence qui est le sien.

Les commentaires sont clos.