Assurer le bien-être des aînés: un défi et un devoir

Posté le 15 mai 2014 à 9 h 13 min par odestre Commentaires fermés sur Assurer le bien-être des aînés: un défi et un devoir

En 1960, l’espérance de vie des belges était de 69 ans. Elle est aujourd’hui de 81 ans et augmentera encore de 5 ans d’ici 2060. Nous ne pouvons bien sûr que nous en réjouir.

Cette évolution a un prix. Si aujourd’hui nous comptons 2 travailleurs pour un pensionné, demain, nous ne compterons plus que 1,2 travailleur pour un pensionné. Qu’on le veuille ou non, cela rend inéluctable l’adoption de réformes visant à garantir le financement des pensions et à les améliorer. Prétendre le contraire serait irresponsable et mettrait gravement en péril le paiement des pensions pour les futurs retraités.

Nous avons des propositions pour répondre à ce défi majeur : pour le Mouvement réformateur, il faut garantir d’abord plus de justice entre les pensionnés. Pour le Mouvement réformateur, il faut revaloriser le travail pris en compte pour calculer le montant de la pension.

Ainsi, par exemple, il a toujours été inacceptable qu’un travailleur indépendant qui a travaillé toute sa vie touche une pension inférieure à celle de celui qui n’a jamais travaillé.

Pour ce faire, nous entendons d’abord majorer les plafonds salariaux qui n’ont jamais été revus depuis les années 80, mais aussi développer l’assurance-groupe pour tous comme l’ont fait de nombreux autres pays européens.

Nous entendons aussi mieux développer le troisième pilier, afin de laisser à chacun des possibilités supplémentaires de faire des économies pour ses vieux jours.

Nous voulons également supprimer toute cotisation de solidarité qui frappe injustement les pensionnés.

Enfin et surtout, nous voulons pérenniser le paiement des pensions à très long terme. Pour ce faire, il n’y a pas de miracle : il faut veiller à limiter la dette de notre pays et à augmenter le taux d’emploi par des mesures fortes en faveur des entreprises. Sans cela, le financement à long terme des pensions posera au Pays des difficultés énormes.

Le vieillissement de la population entraîne un autre défi : celui des soins de santé, car si le nombre d’aînés augmente, les dépenses en soin de santé augmentent tout autant. Or, il n’est pour nous pas question de brader les soins de santé qui leur sont destinés : nous voulons des soins de santé de qualité pour tous, à tous les âges de la vie. Citons un seul chiffre. Si aujourd’hui 150.000 habitants font appel aux services d’un infirmier à domicile, ce chiffre montera à 500.000 en 2050.

Nous savons que les besoins en maison de repos augmentent sans cesse. Nous savons également que cette solution n’est pas celle souhaitée par les personnes âgées dans leur majorité, qui souhaitent rester autant que possible dans leur foyer qu’elles connaissent si bien. Nous voulons prendre des mesures pour préserver leur bien-être au mieux.

Ainsi, nous souhaitons, pour les situations qui le demandent, augmenter les places en MRS, mais complémentairement, donner un vrai statut aux aides à domicile, trop mal considérées et pourtant indispensables car nous estimons primordial de privilégier le maintien à domicile des personnes âgées le plus longtemps possible. C’est notre priorité.

Cela ne suffira pas, nous devons toujours continuer la lutte contre les maladies chroniques invalidantes, contre la maladie d’Alzheimer, afin de faire en sorte que les progrès de la science bénéficient à tous.

Dans leur vie quotidienne, nos aînés doivent également pouvoir disposer du droit à la sécurité qui, pour les libéraux est la première des libertés.

A ce titre, nous souhaitons remettre les victimes au centre du procès pénal : la violence contre les aînés a trop souvent hélas des conséquences dramatiques. Pour le Mouvement réformateur, il n’est pas acceptable de rester sans réponse face à la délinquance. Pour le Mouvement réformateur, toutes les peines doivent être exécutées et chaque fait pénal doit connaître une réponse immédiate et proportionnée.

Comme tête de liste au Parlement wallon pour les élections régionales, j’entends déployer toute mon énergie pour participer au bien-être des aînés. C’est là la moindre manifestation de respect qui leur est dû.

Les commentaires sont clos.