Ajustement budgétaire : The last and the least

Posté le 3 avril 2014 à 9 h 22 min par odestre Commentaires fermés sur Ajustement budgétaire : The last and the least

Nous arrivons au terme d’une législature un peu particulière, caractérisée par la rigueur budgétaire soutenable, c’est à dire l’assainissement des finances publiques, la réduction de notre déficit budgétaire, la réduction éclairée des dépenses de l’Etat.

Cette rigueur soutenable ne s’est pas faite au détriment de la compétitivité des entreprises, au contraire. A de nombreuses reprises, ceux qui se proclament aujourd’hui les défenseurs des PME et de la classe moyenne ont voulu faire reposer l’effort sur une hausse de la fiscalité. Le MR s’y est toujours farouchement opposé et malgré quelques concessions inhérentes au système proportionnel, nous avons la fierté de pouvoir affirmer avoir constitué le bouclier de la classe moyenne contre l’oppression fiscale.

La plénière de la Chambre doit statuer ce 2 avril sur le dernier ajustement de la législature, avant son adoption ce jeudi. C’est d’après moi,  le signe que, même à l’approche d’une échéance électorale majeure, le Gouvernement n’a pas changé de cap. Il a continué jusqu’au bout à nous maintenir dans les rails qui mènent à l’équilibre ; ce dont je ne saurais trop le féliciter.

Cet ajustement budgétaire démontre d’ailleurs tout le sérieux du travail réalisé en amont, lors de la confection du budget ; mais aussi et surtout la stabilisation de notre économie. A plusieurs reprises au cours de ces dernières années, nous avons dû trouver des centaines de millions d’euros en cours d’année afin de nous adapter à une situation de crise.

Rien de tout cela dans cet ajustement puisque le projet de loi porte essentiellement sur des aménagements techniques et des adaptations qui permettront la mise en place d’outils important dans divers domaines. Je pense en particulier au montant de 10 millions d’euros prévu dans la provision interdépartementale, destinés à la création du centre de cybersécurité et qui sera transféré ultérieurement dans une ligne budgétaire ad hoc. L’opération s’avère donc neutre sur le plan budgétaire, puisque la dépense avait été prévue dès la confection du budget en septembre 2013.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres car d’une manière générale, toutes les opérations d’envergure réalisées dans cet ajustement sont neutres budgétairement.

A ce titre, je me réjouis que le financement reposera en partie sur des réductions de dépenses et en partie sur des recettes non imputables à nos concitoyens puisqu’il s’agit de récupérer le montant des amendes dues par les ressortissants européens, grâce à l’application de la législation cross-border.

Enfin, le comité de monitoring  a jugé dans son avis du 18 mars que le budget rencontrait ses objectifs dans la mesure où le futur ajustement ne portera que sur 45 millions d’euros. Tenant compte des corrections techniques et de différentes actualisations, 133 millions d’euros ont été dégagés. Après rééquilibrage du budget, les 79 millions supplémentaires seront gardés en réserve, en prévision des futurs ajustements.

Le travail budgétaire effectué par le Gouvernement et plus particulièrement par le Ministre du budget est donc probant. Il nous a permis de retrouver de la crédibilité sur le plan international et facilitera, la mise en place des politiques socio-économiques durables et porteuses d’avenir.

Les commentaires sont clos.